L’ÂGE IDÉAL D’ADOPTION

par: Johanne Berard


Quand vient le temps de se procurer un chiot on constate assez rapidement qu’il y autant de différences dans les conseils et propos que de chiots à vendre. C’est suffisant pour causer des maux de tête.  J’ai pensé qu’il serait très utile pour le futur acheteur d’être guidé de façon adéquate puisque l’arrivée d’un nouveau chiot est une étape importante pour celui-ci et ses nouveaux maîtres.

Personnellement, au cours des 27 dernières années,  j’ai eu des chiots qui sont partis dans leurs nouvelles familles entre l’âge de 7 semaines et 12 semaines et parfois plus, surtout depuis que j’élève des chiens de petites tailles. J’ai remarqué plusieurs points qui, à mon avis, doivent être soulignés.

Le sevrage du chiot est une partie très importante de son développement et il débute, généralement, autour de 4 semaines pour la plupart des races, petites ou grandes. Là où ça devient différent c’est la fin de celui-ci. En effet, comme il n’existe pas deux chiens identiques, il n’existe pas de date précise à la fin du sevrage. Or le départ du chiot concorde avec la fin du sevrage, enfin, DEVRAIT… Plusieurs facteurs sont à considérer comme l’attitude de la maman, du chiot même, de son environnement.

Certaines personnes vendent des chiots sans même connaître la base de cet élément des plus importants. Je reçois très souvent des courriels et/ou appels téléphonique de gens aux prises avec un chiot qui hurle à fendre l’âme toutes les nuits ou a des comportements de nourrisson comme téter, piétiner, mâcher des couvertures et j’en passe.

Le sevrage n’est pas seulement qu’un chiot mange seul. Il a une foule de choses à accomplir avant d’être apte à partir et, malheureusement, les annonces telles que : « Urgent doit partir vite », « Super Spécial car manque de place » ou « Dépêchez-vous, ils partent très vite » remplissent les  annonces classées.  Il est beaucoup plus risqué de se procurer un chiot d’une annonce comme celle-là que d’une autre où on mentionne  » Chiot 3 mois sevré et prêt à partir »  par exemple. Visuellement parlant, le chiot de 3 mois est beaucoup moins attrayant car il s’en va lentement dans le monde « ado » qui est un âge ingrats. Tout est démesuré et/ou à la mauvaise place. Le poil est fou, le nez trop long, etc… Il n’a plus l’aspect et la petite face de bébé que l’on recherche. Par contre, si vous vous y arrêtez de près vous verrez que celui-ci ne pleure plus la nuit, a compris qu’on ne fait pas ses besoins ni où l’on dort ou où l’on mange, ne mordra pas tout ce qui bouge, sera beaucoup plus calme et j’en passe. Il y a, en fait, beaucoup plus de points positifs avec un chiot de 3 mois que plus jeune.

Plus de 50% des « éleveurs et substituts » (gens qui ont des portées comme ça à l’occasion) vendent leur chiots en deçà de 9 semaines. Ces chiots, généralement, reçoivent un premier vaccin très tôt, dès l’âge de 6 semaines, et sont annoncé prêt à partir des 7 semaines.  Au cours des années j’ai, personnellement, expérimenté plusieurs départs bons et mauvais et voici ce que j’en retiens pour les petites races de 4 à 6lbs adulte:

-7 semaines-

Plus de 50% de son repas est pris seul et prend le lait maternel 2 à 3 fois par jours. Il s’amuse beaucoup avec les autres chiots de la portée et réclame encore sa maman.

À cette période je ne fais pas vacciner  même si le colostrum du début ne fait plus effet et préfère ne pas les laisser partir. C’est une période difficile car souvent la maman n’accepte plus de nourrir car les petites dents sont pointues et font mal. Tout au plus elle nourrira pour vider ses mamelles trop gonflées.

-8 semaines-

Ne prend pratiquement plus de lait maternel et commence l’élargissement de son territoire et la découverte de nouveaux amis. La maman repousse les petits en grognant mais parfois est encore très maternelle.

Il est évident qu’un chiot vivant en cage ne pourra s’épanouir à ce stade. Si le sevrage alimentaire est complet je fais donner le premier vaccin.

-9 semaines-

Prend sa place dans la meute, riposte à la morsure, commence à comprendre la propreté.

C’est là que je les sors pour la première fois, que je leur donne des biscuits et os tout en surveillant leur digestion de près.

-10 semaines-

Suit la meute et apprend la routine. Connait les différents tempéraments et comportements de la meute et apprend à garder la place qu’il lui est accordé par les autres. Il fait ses besoins pratiquement toujours à la même place.

¸A cet âge je trouve que c’est très bien de partir vers sa nouvelle famille car il a une bonne base de la vie en groupe. D’ailleurs c’est là que l’attachement aux autres commence.

Après 10 semaines tout dépend de la qualité de vie qu’il a. Si on ne lui permet pas de vivre en groupe, si on ne peut lui fournir les soins et l’attention appropriés, il pourrait développer des troubles anxieux. Au contraire si ses besoins sont comblés il ne fera que s’épanouir d’avantage. Plus vous le prendrez âgé plus il sera facile à vivre.

Faites attention car il ne suffit pas d’être un éleveur de compétition ou enregistré pour garantir un chiot de qualité. J’ai, moi-même, déjà adopté un jeune chien de 1 an chez un éleveur de champions qui avait, des troubles anxieux dû à des carences de développement social. J’ai retourné ce chien à l’éleveur quelques semaines plus tard.

En conclusion je vous conseille de bien vous informer avant d’acquérir votre nouveau chiot. Un éleveur consciencieux saura toujours répondre à vos questions en matière de comportement ou socialisation car s’il a vraiment ses chiens à cœur, il aura fait ses devoirs 😉


 

S'il vous plaît suivez et aimez nous:

Laisser un commentaire