NOURRISSAGE À LA MAIN

par: Johanne Berard


INTRODUCTION

Le nourrissage à la main est une technique qui, quoique paraissant banale, demande beaucoup de concentration et de savoir.Depuis que j’élève des chiens de très petite taille, je suis confronté à des bébés de petits poids, des mamans qui ne font pas assez de lait, des bébés trop petits pour téter… Pour moi, le nourrissage à la main est devenu un art. Au tout début, je perdais la plupart de mes bébés dans la première semaine de vie. J’en ai même perdu jusqu’à 4 semaines.  Puis, les mois et les années ont passées et j’ai commencé à en sauver de plus en plus. Ma plus grande réussite aura été mes 3 Maltais Teacup, nés prématurément à la clinique vétérinaire, après avoir perdu leur maman. C’est vraiment avec eux que j’ai pu vérifier la qualité de ma technique développée au cours des années.

RÉUSSITE OU ÉCHEC

La réussite ou l’échec de nourrir un chiot de très petite taille dépend de deux facteurs importants; La volonté de vivre du bébé et la volonté de l’éleveur de voir ce bébé vivre. Des repas aux heures, puis aux deux heures, deviennent la routine quotidienne. Si on ne ressent pas cet attachement que j’appelle la vocation, on a un grand risque de ne pas réussir. Quand j’ai des bébés à nourrir à la main je me transforme en maman, littéralement. Je ne sais pas où je puise mes forces mais j’y arrive.  Plusieurs facteurs tel que la taille des bébés, la situation dans laquelle le nourrissage a débuté, les installations pour garder les bébés, la texture du lait, la recette, etc, peuvent, également,  influencer le résultat. Mais j’ai constaté que le plus important est d’être à l’écoute des bébés. Mes plus grandes réussites proviennent de mon écoute. Leurs cris sont différents pour leurs besoins de chaleur, d’évacuer ou de faim.

PRÉPARATION

Il est très important d’être toujours prêt à l’avance. Dès que j’ai une chienne enceinte, je prépare mon « kit » au cas où. J’installe un coin sur un bureau dans ma chambre à coucher car il sera plus facile de me recoucher pendant les nuits de nourrissage. Voici une liste de tous ce que j’utilise:

LES ACCESSOIRES

1 aquarium de 5 ou 10 gallons

1 aquarium de 55 gallons

2 pads chauffants (à réglage)

plusieurs pads jetables

plusieurs couvertures pour bébés

1 débarbouillette

1 serviette

1 seringue de 3cc

1 seringue de 20cc

1 biberon pour chiot ou chaton

débarbouillettes humides (pour bébés)

1 balance électronique

1 caisse de pâtée AD (pour convalescence)

1 caisse de pâtée pediatrique (que je prend chez le vétérinaire)

J’installe l’aquarium de 10 gallons sur un bureau, dans ma chambre, afin de pouvoir entendre les bébés lorsqu’ils auront besoin de moi.  Je place la serviette sur le bureau puis j’installe le pad chauffant que j’allume à médium le temps de chauffer l’habitacle. Je mets l’aquarium sur le pad chauffant. Moi je retire le couvercle de l’aquarium mais on peut très bien le laisser en place. Il gardera la température constante de l’habitacle. J’ai de grands bras et je préfère placer une serviette qui sert de toit et recouvre les 3/4 de l’aquarium. Ainsi c’est plus facile, surtout pour les premiers jours, d’accéder aux petits aussi souvent que je le désire. Je place à l’intérieur et au fond de l’aquarium dans l’ordre: 1 pad jetable et 2 couvertures de bébés. Ensuite je prend 2 ou 3 couvertures de bébés que je roule en serpentin et place sur les murs de l’aquarium en faisant un tour complet. Ceci protègera les bébés de se frapper sur les vitres.  Enfin, pour les premiers 4-5 jours, je fais un autre serpentin, roulé et formé en cercle, que je place au centre où je mettrai les petits. Normalement, les chiots restent dans cet aquarium 4 semaines, parfois plus si ce sont des chiots de très petites tailles. Je les transfert dans la plus grande que j’ai, au préalable, installé avec des pads jetables, une petite doudou et des bols d’eau, de nourriture sèche et de pâtée.

LA RECETTE

Dans un pot, je mélange:

1 canne de lait carnation (entière)

1 canne (la même que le lait) d’eau distillé (bouilli)

1 jaune d’oeuf

  • La première semaine j’ajoute de l’eau à ce mélange, à chaque repas, dans un petit verre à part:
  • Les 3 premiers jours, le lait doit être très liquide alors j’ajoute la même quantité d’eau que de mélange.
  • Le quatrième jour je coupe l’eau de moitié.
  • Le septième jour je n’ajoute plus d’eau.
  • Le dixième jour ma préparation est plus concentrée. Je n’y ajoute que la moitié d’une canne d’eau distillée.
  • Le treizième jour je n’ajoute que le quart d’une canne d’eau.
  • Le vingtième jour je donne le lait sans eau mais toujours avec le jaune d’oeuf.
  • Enfin le trentième jour j’ajoute des vitamines « NUTRI-CAL » à mon mélange, à raison de 1 c. à thé comble pour une canne de lait.

LA TECHNIQUE

Au début je prend une seringue de 3cc car le débit est plus grand. Plus les petits grandissent, plus le débit doit être petit. C’est en les nourrissant que je me rend compte que je dois changer de méthode de biberon. Lorsque le petit prend une tétée, il en prend trop et se retire immédiatement. Je donne les repas à volonté et la quantité qu’ils désirent prendre. Il faut être vigilant car les petits ne pleurent pas toujours par faim. Un signe facile à reconnaître de la faim est que le petit mets son museau dans les couvertures et cherche. Si il ne fait que bouger et se déplacer en se traînant il essaye de faire ses besoins. Il faut alors l’aider en massant les parties avec une petite serviette humide. Les premiers 3 jours je le fais systématiquement à chaque repas.

Pour ce qui est de la technique, en temps que tel, rien de mieux qu’un vidéo pour bien comprendre le principe. En voici un:

VIDÉO DE NOURRISSAGE À LA MAIN

Les premiers 3 jours les petits prennent un repas toutes les heures environ, ce, jour et nuit. Les repas s’espaceront et augmenteront en quantité à mesure que les petits grandissent. Il est extrêmement important de les peser chaque jour, 1 fois à la même heure. Leur poids doit toujours augmenter. Il arrive qu’il restera stable mais ceci ne peut pas durer plus que 48 heures. Une perte de poids est un mauvais signe et annonceur de problèmes. Le plus courant est que le bébé très fragile à ce stade attrape une bactérie et n’est pas capable de la combattre. Les poumons sont les organes les plus souvent atteints et la cause la plus fréquente est les changements de température brusques du corps par manque de chaleur dans son environnement. Je recommande fortement de l’amener chez le vétérinaire qui pourra lui prescrire des antibiotiques au besoin pendant que vous réglerez la température de son incubateur. La pneumonie est la cause principale de la mort chez les bébés non sevrés.

L’HYGIÈNE

Primordiale, l’hygiène peut faire la différence entre la vie et la mort. Il faut toujours nettoyer tous les instruments qui servent au nourrissage des petits À CHAQUE REPAS. J’utilise un produit qu’on appelle 97, qui est conçu pour les chenil et sans danger pour les chiens, chiots, que je dilue dans une tasse et un bol où je garde mes instruments de nourrissage à la main. Avant de les réutiliser, au repas suivant, je rince tous mes outils à l’eau très chaude.

EN CONCLUSION

Si vous avez dépassé le stade des 10 jours vous pouvez commencer à respirer car votre petit est pratiquement sorti d’affaires. Il ne vous reste plus qu’attendre que son équilibre soit acquis pour commencer à lui présenter son lait et de la nourriture molle, autour de 4-5 semaines.

Bonne chance !


 

S'il vous plaît suivez et aimez nous:

Laisser un commentaire