QUAND LA VIE PREND LE DESSUS

par: Johanne Berard


Après avoir découvert l’accouchement de Victoria, une de mes femelles Maltais, et sachant qu’elle n’avait jamais accouché seule, je savais que les 3 petites étaient en danger. 2 d’entre elles avait respiré du liquide à la naissance. Le 28 novembre , malgré mes soins jour et nuit, les deux petites soeurs d’Astrid sont décédés.

Et voici l’histoire d’Astrid…

Jusqu’au 29 en soirée elle a tellement travaillé fort pour téter sa maman qu’elle a fini par s’épuiser. Je la nourrissais en parallèle afin de lui donner plus de chance de survie. J’ai finalement décidé de la laissé aller car elle semblait inerte. En me réveillant au matin du 30 novembre je croyais découvrir un petit corps inerte mais c’est une petite chienne en train de se battre pour la vie que j’ai découvert. Voyant qu’elle n’y arrivait pas sans aide, j’ai décidé de prendre la relève. Son poids, au moment de la retirer de sa maman n’était que de 2.4 oz.

-Du 30 novembre au 2 décembre sa situation, quoique précaire, s’est améliorée. Elle a fini la journée du 2 avec un poids de 2.6 oz. Je devais la nourrir aux heures et demi, jours et nuits.

-Le 3 décembre, elle a fait un abcès au nombril qui a été mal coupé. Visite chez le vétérinaire, antibiotique et on continue…

-Ce matin, l’abcès est pratique parti et elle fait 2.9 oz. Elle est tirée d’affaires, j’en suis certaine. Elle prend 5 cc de lait et est très vigoureuse.

Je dois la nourrir aux 3 heures maintenant et ce, jour et nuit car elle est vraiment petite encore. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas donné de nouvelles depuis la dernière semaine. J’essaye de dormir entre les boires.

Et voici l’histoire de Mini Jo…

J’ai passé des heures et des heures dans ma vie à essayer de sauver des bébés naissant parfois avec succès et parfois non. Cette petite chienne est, sans contredit, ma plus grande leçon de vie car elle m’a confirmé qu’on ne doit jamais baissé les bras. C’est comme dans un tourbillon dans la tête car malgré le fait que l’on se dit qu’aussi longtemps que le chiot sera en vie, on fera tout pour le sauver, on se place devant l’évidence que la ligne de l’acharnement est franchi. Mais voilà! Où commence et s’arrête cette ligne? C’est horrible de devoir prendre la décision de vie ou de mort. Et les heures passent…

Je vous dis que le jour de ma naissance 2013 ainsi que toute cette année auront été éprouvant mais combien enrichissant.  La petite Astrid avait suffisamment  de force pour vivre. C’est ça l’instinct. Elle m’a appris que je faisais bien mon travail, que j’avais encore acquis de l’expérience et que ça sert bien. Elle m’a aussi appris que la vie c’est plus fort que tout, en tout cas, aussi fort que la mort. C’est cette force de la nature qui a fait que son nom a été changé. C’est mon amie Andrée des « gentlemen à 4 pattes » qui m’appelle et me dit : Cette petite je viens de la rebaptiser « Johanne ». Quand je lui demande pourquoi elle me répond qu’elle est une force de la nature comme moi! LOL Ensembles on fait donc le jeu de trouver un nouveau nom et c’est Mini Jo qui est ressorti. Une petite moi! Ça peut paraître anodin, mais croyez-moi après 9 jours sans avoir dormi plus que 2 heures à la fois, à 48 ans, tout prend son sens. Ça ne peut pas être arrivé pour rien. C’est dans les épreuves que l’on grandi? Je viens de grandir dangereusement. LOL Et ais-je besoin de vous parler de la grandeur de Mini Jo ? Vous savez ces petits chiens qui se démarquent de la foule ? Mini Jo en fait partie. Elle ne le sais même pas mais nous, nous le savons.


 

S'il vous plaît suivez et aimez nous:

Laisser un commentaire