LA FUITE

par : Johanne Berard


Avez-vous déjà remarqué que certains chiens suivent leur maître sans laisse tandis que d’autres se sauvent à la moindre occasion? J’ai rencontré ce problème à plusieurs reprises au cours de mes consultations. Le chien qui se sauve de son maître a tout simplement un rang supérieur. Il part « à la chasse » et n’a surtout rien à demander à qui que ce soit puisque c’est aussi son rôle de protéger les membres inférieurs de sa meute. Remarquez le comportement du maître qui perd son chien sans arrêt. Il passe son temps à courir après lui, le surveille sans cesse, panique à la moindre ouverture de porte. Celui-ci ressent toujours une crainte de perdre son chien. Le chien, lui, court dans tous les sens, le nez collé au sol ou le regard partout à la fois. C’est exactement le comportement d’un membre inférieur. Les inférieurs ne quittent jamais des yeux le chef car ils savent qu’au moindre danger celui-ci sonnera l’alarme de la fuite ou la bataille. Rappelez-vous que c’est une question de survie. Le chef est fort et protecteur. Il est le chef car il a réussi à garder un statut très élevé, le plus haut grade, même. Le chien inférieur à tout intérêt à le suivre, n’est-ce-pas? Dans l’autre cas le maître semble au-dessus de ses affaires, est relaxe et on peut voir son chien jamais très loin, lui jetant un regard de temps à autre et dès qu’il ressent une crainte se rapproche dans la garde serrée de son maître. Le duo est calme et zen. Ce maître a la bonne attitude, il se comporte en chef, très souvent, sans même le savoir. Je dis souvent que la compréhension du chien c’est comme la musique; « Tu l’a reçu en don à ta naissance ou tu peux l’apprendre. » C’est, donc, une excellente nouvelle pour ceux qui n’ont pas reçu le don.
Afin de bien vous faire assimiler ce comportement, je vous raconte 2 anecdotes que j’ai vécu personnellement qui vous aideront, je l’espère à bien cibler votre problème pour les uns ou à éviter ce comportement pour les autres.

Situation no 1

Je reçois un appel de Nathaly qui a adopté un chiot à LA CHIC PATTE 1 an auparavant. Pour ceux à qui je l’ai déjà raconté c’est la dame où j’avais livré le chiot à ses 4 enfants, le matin de Noël. Bref, en panique elle me raconte que chaque fois que la porte ouvre, leur chien se faufile et se sauve. Ça prend parfois des proportions immenses et tout le monde panique. C’est une femelle et je le spécifie car beaucoup de gens pensent que ce comportement est typique aux mâles. En réalité il est typique au rang et rien à voir avec le genre.
Je l’invite, donc, à venir me rencontrer chez moi pour sa consultation car cet apprentissage est beaucoup mieux sur un terrain inconnu du chien, là où la sécurité, le confort n’existe plus.
En arrivant, je lui ouvre la porte et remarque tout de suite que son chien est en avant d’elle, le nez par terrer et fonce dans la maison, tout énervé de la découverte d’un nouveau territoire. Mais la découverte s’arrêtera net puisque je fais savoir à son chien qu’ici c’est MON territoire en me plaquant devant lui et avançant sur lui, le repoussant vers la porte, son attitude change immédiatement. Sa queue se replie entre ses deux jambes et les oreilles plaquées sur sa tête il part se réfugier derrière le membre de sa meute. Voyez-vous en une seule petite minute, la dynamique de ce nouveau groupe a changé littéralement.
Tout en écoutant Nathaly me raconter ses déboires je vois bien que son chien la touche dans ses moindre déplacement. Je fini par lui expliquer la loi de la « bulle ». Vous savez cette bulle qui forme u filtre invisible entre nous et les gens? Je lui explique que de laisser son chien la toucher quand il veut lui envoie comme message qu’elle a un rang inférieur. Je prend, donc, le taureau par les cornes en lui expliquant de simplement repousser son chien doucement en levant le pied, surtout ne pas le regarder et, plutôt, jeter un coup d’œil de côté, que lorsqu’il la regardera au moins 3 fois, la dynamique du comportement aura changé et nous pourrons aller dehors sans laisse. Je vous épargne le regard qu’elle m’a jeté et les 4,000 raisons qu’elle a tenté de me transmettre pour me décourager.
Tout au plus 5 minutes plus tard elle a remarqué tout le pouvoir qu’elle avait sur le comportement de son chien. Je l’ai fais marcher dans la maison et son chien la suivait partout. J’ai ouvert la porte et nous sommes sorti. Toujours même comportement. Il a fallu que je lui dise d’arrêter de piétiner ma pelouse, elle ne voulait plus arrêter et elle est revenu à l’intérieur avec son chien sans jamais l’avoir interpeller une seule fois.

Situation no 2

Michel  et son chien Hook, un caniche standard, partent à l’extérieur pour une petite virée quand Hook décide de ne pas revenir à l’appel de son maître. Ìl court partout sur le terrain, comme une poule sans tête tout en se moquant de Michel. Un jeu, quoi! Paniqué à l’idée qu’il pourrait fuir et se faire blesser par une voiture par exemple, Michel court après son chien à en perdre le souffle. Devinez qui a eu du plaisir? Réalisant que c’était peine perdue, Michel rentra et me demanda de l’aide.
Dès que Michel fut entré, Hook couru jusqu’à la porte d’entrée mais c’était moi qui l’attendais. Je l’ai repoussé aussi loin qu’à l’extérieur de mon territoire en le poussant avec mon pied et dès qu’il tentait de revenir je le repoussais de nouveau. 5 minutes plus tard il était couché sur la pelouse et Michel a tranquillement pu le récupérer. Un chien sans sa meute et son territoire ne vaut RIEN. Hook n’avait pas besoin d’apprendre ça. En le repoussant je le mettais en danger fasse à l’inconnu. Bye bye bravoure et jeu. La relation qu’il a avec Michel est supérieur-inférieur que je vous expliquerai dans un autre article.

Ma question?

Êtes-vous celui ou celle qui court après son chien? (Kelly-Ann Savoie, ne ment pas.


 

S'il vous plaît suivez et aimez nous:

Laisser un commentaire