LE STRESS

par : Johanne Berard


Le stress commence dans le ventre de la maman. Les conditions de vie de la maman, son taux de stress, sa sécurité ne sont que quelques raisons qui peuvent influencer le niveau de stress du chiot à naître. Sous les judicieux conseils de votre vétérinaire et « ‘d’experts » vous partez à la chasse aux bons éleveurs. D’après vos consultants les meilleurs élevages sont ceux que vous pouvez voir les parents, toucher aux chiots et choisir votre futur compagnon parmi plusieurs bébés.
Eh bien sachez que juste votre visite est un stress immense pour la maman qu’elle soit gestante ou en train d’allaiter. Imaginez que vous n’êtes pas la seule personne à l’avoir visité en ne calculant pas les futurs visiteurs. Si votre éleveur a plus de 2 femelles, qu’il élève ses chiens sans avoir aucune connaissance de leur structure sociale, qu’il n’est pas le chef de sa meute et/ou ne connaît pas le rang de ses femelles, laisse ses chiens aboyer à tue-tête, les laisse « libre » de faire comme bon leur semble, les sépare du groupe « pour qu’elles soient tranquilles avec leur bébés », même si ses chiens dorment dans son lit et reçoivent tout L’AMOUR de la terre, les chiots ne seront pas équilibrés et cette meute vie un stress intense.
Chaque fois que la femelle ressent un stress, son corps dégage des hormones de stress qui influenceront le comportement du chiot. Imaginez, maintenant, que la seule protection de la femelle avec ses petits est absente, LA MEUTE. C’est facile de savoir si une maman est stressé. Elle aboie au moindre son car elle n’a pas les membres de sa meute pour la protéger. Dans les élevages où les chiens aboient beaucoup on peut très certainement comprendre ce comportement de stress. Plus ça aboie, plus le niveau de stress est élevé. Le stress est générateur de tics ou tocs chez le jeune chiot et se poursuivra jusqu’à l’âge adulte. La bonne nouvelle est que tout ça peut changer en changeant son propre comportement face à un toc de stress dont notre chien souffre. Chez l’humain phobique on le mets en situation pour contrer sa phobie. Chez le chien aussi. Mais en plus il est très important de ne pas « nourrir » ce stress. Comme éleveur j’ai vécu souvent des situations de stress avec les chiens adultes que je me suis procuré. Un chien qui colle la clôture de l’enclos en frottant son visage et courant de long en large en revenant sans cesse est un chien qui a passé trop de temps, dans un trop petit espace, depuis sa naissance. J’ai accueilli une chienne un jour qui avait ce comportement et son ancien propriétaire me l’avait apporté car elle n’en pouvait plus de la voir faire ça et d’aboyer et pleurnicher sans cesse. En lui interdisant ce comportement et l’aboiement et en lui donnant de l’attention au bon moment, elle a cessé ce comportement qui était plus que stressant pour elle. Je ne laisse même pas mes chiots faire ça. Les mouvements répétitifs sont un signe de stress et le fait d’empêcher le chiot de le faire diminue grandement les comportements négatifs. C’est peut-être un sujet complexe mais, à la base, tout simple. Le stress se transmet de l’humain au chien et vice-versa.

Ma question?
Vous sentez-vous stressé en présence de votre chien?


 

S'il vous plaît suivez et aimez nous:

Laisser un commentaire