LE MAL DU TRANSPORT

par: Johanne Berard


 

Les gens qui ont un chien qui souffre de mal du transport sont embêtés lorsque vient le temps de sortir et, souvent, on décide de laisser toutou à la maison pour éviter de le stresser d’avantage, d’avoir à ramasser des dégâts pour finir par devoir le laver.
Le problème vient, en fait, de l’oreille interne, comme chez l’humain. Outre l’audition elle est aussi responsable de l’équilibre. C’est pourquoi le chiot y sera plus sensible car sa croissance n’est pas terminée.
La plupart du temps, tout rentrera dans l’ordre après quelques sorties en voiture, le temps que le chien s’habitue à cette nouvelle sensation de déséquilibre, d’étourdissement, mais il arrive, parfois que ça perdure dans le temps et dans la majorité des cas c’est qu’il n’a tout simplement pas eu assez de promenade en véhicule pour s’y habituer. Plus il est âgé plus longtemps prendra l’habitude.

Des facteurs extérieurs peuvent venir compliquer la situation tels que le stress du maître, l’anticipation. Il est primordial de passer ces étapes de la meilleure façon qui soit si on a l’intention d’amener notre chien dans nos sorties. Il n’y a pas de recette miracle et plusieurs vétérinaires et spécialistes vous diront de le placer au plancher du côté passager qui est l’endroit le plus stable dans la voiture mais, moi, je suis du genre approche « drastique » qui est mille fois plus efficace et rapide comme on règle les phobies en faisant face au trouble jusqu’à ce qu’il disparaisse.
Sachant que ça a rapport avec l’équilibre, la vue tient un rôle important dans les déplacements. Elle permet d’utiliser des points de repères dans les déplacements. C’est vérifiable si, par exemple, on lit un livre en voiture. Il arrive souvent que nous « perdons le nord » car nous n’avons plus la perception de notre environnement en mouvement. C’est pareil pour le chien.

Placez-le de façon à ce qu’il puisse voir à l’extérieur. Ainsi il s’habituera au gestes reliés au mouvements ainsi que la route emprunté. D’instinct il reprendra son équilibre dans des mouvements différents que l’on tourne à droite ou que l’on freine, par exemple. Sortez-le chaque jour même si c’est pour une courte période. Rendez la sortie POSITIVE. Pas de stress, pas de négatif. Amenez-le dans un endroit qu’il aime. Il comprendra qu’une récompense arrive avec la sortie et un jour, vous vous rendrez compte que tout est rentré dans l’ordre.

Les gens qui n’ont pas réussi à aider leur chien ont tout simplement développé eux-même de l’anxiété face à la sortie en auto qu’ils transmettent à leur chien. À ce jour, je n’ai connu aucun chien qui ne s’y est pas habitué. N’ayez pas peur d.avoir peur. Foncez !

Bon voyage !


 

S'il vous plaît suivez et aimez nous:

Laisser un commentaire