ADOPTER UN CHIEN MALADE

par: Johanne Berard


Récemment j’ai reçu un appel d’un monsieur qui était bouleversé par la santé de son chien qui n’a même pas un an et est au prise avec une maladie neurologique accompagné de problèmes avec l’éleveur. Malheureusement, ce genre d’histoire triste , nous, éleveurs, en voyons régulièrement. Ce matin je prend une pause de S.O.S.WOUF! pour venir partager avec vous cet article qui, j’espère fera réfléchir bien des gens.

Le magasinage du chiot est une activité excitante pour les futurs propriétaires et même si il est important de bien choisir son chiot, il est aussi primordial de bien choisir l’endroit où on se le procurera et placer le prix en priorité est la pire chose à faire puisque les gens qui vendent des chiots pas cher, ne se souci pas de tous les détails auquel l’éleveur fait attention. Mais c’est aussi vrai pour des éleveurs sans éthique et irresponsable et c’est là que, parfois, notre belle histoire dérape…

Il sont un jeune couple qui commence dans la vie. Il se sont procuré un chiot chez un éleveur qui avait des supers beaux chiots. Le prix, la couleur et la taille qu’ils voulaient. Pas besoin de vous dire que la surprise était grande quand ils ont vu la quantité phénoménale de chiens qu’il y avait sur place et pour la propreté on repassera. C’est sûr qu’avec 50 chiens c’est pas facile de garder l’endroit propre.Peu importe, ça doit être ça un élevage. Ils ramènent leur nouveau toutou à la maison et pendant 1 mois tout va bien.

C’est au vaccin de rappel, à 3 mois, qu’ils apprennent que leur chiot a des problèmes sévères aux rotules (grade 4 des deux côtés) et nécessitera une chirurgie qui coûte plus de 3,000$. À ce jeune âge, le problème est congénital ou héréditaire et ils sont surpris que l’éleveur ne leur a rien dit. Fâché, ils communiquent avec l’éleveur qui leur offre de faire euthanasier leur chiot et de leur en donner un autre!?!? Pas satisfaits ils finissent par s’entendre sur un remboursement partiel et se chargeront des frais de la chirurgie. Mais voilà! Les problèmes n’étaient pas fini. Quelques semaines après la chirurgie leur chiot s’est mis à convulser et devenir incontinent. Après une visite d’urgence chez le vétérinaire ils apprennent que leur chiot est atteint d’une maladie neurologique et un examen et suivi chez un neurologue à des frais dépassant les 5,000$ serait nécessaire. Cette maladie est incurable et leur chiot finira par décédé des complications de sa maladie.

Dans toute cette histoire, le plus triste est que ce couple aurait pu éviter ce problème. Aujourd’hui ils sont confrontés à la maladie de leur chien qu’ils aiment plus que tout et les émotions sont à fleur de peau car ils sont tiraillés entre les sommes exorbitantes à débourser versus l’amour inconditionnel qu’ils portent à leur chien. Ils passeront dans les prochaines semaines, mois, une gamme d’émotions reliées au deuil et ce n’est pas avec le support de leur éleveur que ça se passera.

C’est dans cet état d’esprit que le jeune homme m’appelle. Il veut avoir des informations sur un de nos chiots et est en démarche de remplacer, éventuellement, leur chiot qui décèdera. Au fil de la conversation, son histoire ressort et il fini par me demander mon avis. Blocage!

Comment puis-je lui donner mon avis sur une situation que je n’aurais même jamais pensé faire vivre à un de nos clients? Je me suis rappelé l’histoire d’Émilie qui avait adopté un petit caniche chez nous et chez qui, on avait pas remarqué la malformation de la colonne au niveau du cou. Lorsqu’il était petit ça ne paraissait pas et même le vétérinaire n’y avait rien vu. En grandissant les problèmes de santé sont apparu et au premier appel d’Émilie à La Chic Patte, j’ai pris en charge immédiatement la situation. J’ai payé Les frais de consultation, examen et radiographie chez notre vétérinaire et le diagnostic est tombé. Il ne survivrait pas au-delà de un an. C’est ensembles, dans mon salon, que nous avons vécu le choc, la peine et tout le long du processus de son départ je suis resté là à son écoute. Il y a eu des crises, des peines immenses mais je suis resté là.

Je suis consciente que je travaille avec des êtres vivants, que je ne suis pas responsable ou même capable de prévoir tout ce qui peut arriver dans la vie de mes chiots, malgré toutes les précautions que je prends au sein de mon élevage mais je m’en tiens RESPONSABLE. C’est à moi de faire le nécessaire pour encadrer mes clients en cas de peine et de tout faire en mon pouvoir pour consoler ceux-ci. Après la perte de son chiot, Émilie est venu chercher son nouveau chiot que nous lui avons offert et l’histoire ne s’est pas terminé là puisque quelques mois plus tard, son chiot a commencé à boiter d’une patte arrière. Retour à la case départ, orthopédiste, radiographies et chirurgie payé par La Chic Patte et convalescence chez nous, heureusement, ce n’était pas une question de vie ou de mort. C’est d’ailleurs depuis cette histoire que nous faisons faire les tests de rotules à tous nos chiots sans exception et que les résultats sont dans leur carnet, à leur départ. Aujourd’hui Winni va super bien et je sais qu’Émilie est certaine d’avoir fais le bon choix d’éleveur. Elle a 2 chiens qui proviennent de chez nous.

C’est dans la douleur et l’adversité qu’on sait à qui on a affaire et c’est l’endroit où je me sens le plus utile car chacun des chiots qui vient au monde chez nous est UNIQUE. Même sans être responsable d’une situation je suis là. Je pense, ici à Julie à Catherine qui toutes les deux ont vécus des accidents terribles avec leurs chiots et qui pourront vous dire que j’étais là, en tout temps.

Tout ceci pour vous dire à quel point je trouve triste que cet éleveur n’a rien fait pour ses clients. Un « je m’en lave les mains » qui est monnaie courante dans le monde de l’élevage. Pour quelques centaines de $$$ ou même des milliers et de son temps précieux elle aurait pu faire une différence. De grâce avant de magasiner votre chiot, magasinez votre éleveur!


 

S'il vous plaît suivez et aimez nous:

Laisser un commentaire