ATTENTION AUX GÂTERIES

par: Johanne Berard


Après avoir écris mon article d’hier, sur l’achat d’un chien malade, j’ai reçu quelques courriels de gens qui se demandaient qu’elle était l’histoire des deux autres personnes que je mentionne. Ayant déjà écris un article complet sur l’histoire de Zira (Julie) je viens, donc, ce matin, vous raconter celle de Catherine et du même coup faire un tour sur l’achat de gâteries qui est relié directement à cette histoire.

Catherine et son mari avait offert un de mes chiots à leur fille de 16 ans, pour son anniversaire. Elle leur avait demandé un chien depuis plusieurs années mais ils avaient toujours refusé. N’ayant aucune expérience nous avions du partir de la case départ.

À peine 10 jours après leur achat, Catherine me téléphone en pleurs de la clinique vétérinaire. Elle venait d’y amener son chiot pour des vomissements et une perte de conscience. Elle était terrifié de savoir le diagnostic. Après examen et radiographie on a découvert un corps étranger obstruant les intestins. Il était en forme de V et bloquait l’évacuation des déchets. Après une chirurgie, son petit chiot est , malheureusement, décédé.

Le malheur dans tout ça est que Catherine avait voulu bien faire et, comme la plupart d’entre nous, voulait gâter son chiot. Elle s’était rendu à l’animalerie et un commis lui avait conseillé des bout de pénis de veaux séchés. C’est le fait de l’avoir avalé d’un trait qui a fait le blocage.

Il faut comprendre que les compagnies en alimentation humaine on le même but que toute compagnie, faire des $$$. Dans l’alimentation humaine il y a beaucoup de gaspillage et l’industrie des animaux est parfaite pour repasser les parties d’animaux non comestible pour l’humain, à nos chiens. C’est ainsi que des parties d’animaux à consommation humaine sont apparues sur les étalages de nos animaleries. Sabots de chèvre, oreilles de porcs, fémur de bœuf et compagnie font, maintenant, parti du décor et ce n’est pas nécessairement bon. Notez bien que si dans la nature le chien mange toute les parties de la carcasse, celle-ci n’est pas séchée, usinée, fumée, etc. Dans aucune de ces gâteries on a pensé à la santé des animaux. On ne changera pas le procédé de fabrication pour les animaux. On les repasse tel quel et ça a causé de nouveaux accidents tristes. Catherine m’avait dit vouloir sauver des $$$ car c’était moins cher que chez moi et elle trouvait que ça lui coûtait trop cher mes gâteries « santé ».

Lorsque vous vous procurez des gâteries, assurez-vous, avec votre éleveur, de faire les bons choix. Avec la technologie d’aujourd’hui une simple photo envoyé par texto et hop! Vous aurez votre réponse.
Les commis dans les animaleries, quand ils ont de l’expérience, ne connaissent pas les besoins de toutes les races. Ils ont des connaissances générales et ne peuvent pas vous aider sur les particularités de votre chiot. N’ayez pas peur de « déranger » votre éleveur. La santé et même la vie de votre chiot en dépend.


S'il vous plaît suivez et aimez nous:

Laisser un commentaire