LA PEINE

par: Johanne Berard


Hier j’ai repris un chiot (RIO) car la famille qui l’avait adopté est, finalement, allergique. Ça m’a fait pensé à toutes ces familles qui doivent faire le deuil de posséder un chien, certes, mais aussi à tous ces gens qui décident, quand même, de vivre avec un chien. Au-delà de tout ça, je pense à nous, éleveurs, qui devons prendre des décisions déchirantes, parfois, comme refuser de céder un de nos chiot pour « essai ». La signification de ce mot paraît négative et, parfois, nous avons à trancher entre cette personne est sincère et cette autre ne sait pas ce qu’elle veut.

Le plus difficile est toute la peine vécu à travers cette histoire. Il y a, souvent, des enfants impliqués et ce sont leur peine qui nous font le plus mal. Il est difficile de prévoir ce qui arrivera et j’avoue avoir été conquise par la façon de cette dame d’aborder la situation. Elle a tout simplement dit à sa fille de 6 ans qu’ils allaient garder le chiot d’un ami, en pension, pour quelques jours. Ainsi elle a pu ramener le chiot sans trop de heurt même si il y a de la peine,

Cela faisait la deuxième fois, seulement, que je le faisais parce-qu’il y avait des enfants impliqué. Je ne peux concevoir qu’un enfant n’ait pas la chance de vivre avec un chien ou, au moins, essayer. Tout est une question de priorité et si la plupart des éleveurs ne voudront pas le faire, certains le font à l’occasion mais rarement systématiquement.

Tout ceci m’amène à donner conseils aux gens allergiques qui désireraient faire un essai mais aussi aux éleveurs qui ont l’ouverture face à ce genre de problème. Il y a une méthode facile et positive de le faire et je la partage avec vous, ce matin.

Je donne 1 semaine pour faire le test. La personne doit payer tous les frais comme une adoption régulière. Si elle rapporte le chiot, je le remet disponible à l’adoption avec des frais de pension jusqu’à ce qu’il soit adopté de nouveau. Ainsi la personne qui a fait l’essai, ne perd pas tout son argent puisqu’elle reçoit un remboursement moins les frais de pension et ça donne, à l’éleveur, les fonds nécessaire à refaire tout le processus d’adoption et de protection des parasites, par exemple.

Je trouve important de laisser la chance à ces familles qui désirent faire un essai de les épauler dans leur démarche et si cela comporte des risques, je préfère les prendre plutôt que de laisser une famille dans le doute.


 

S'il vous plaît suivez et aimez nous:

Laisser un commentaire