LE DÉMÉNAGEMENT

Par : Johanne Berard


Le déménagement est une période très stressante pour toutou qui, souvent, a déjà eu à s’adapter avec son ancienne demeure et toute une famille. Il est important de comprendre que cette étape est cruciale puisque ses comportements peuvent changer du tout au tout.

Aujourd’hui j’ai reçu l’appel de Karina qui a un caniche toy de 3 ans. Sa famille vient d’emménager dans une nouvelle demeure et son chien fait ses besoins partout pendant leur sommeil et pendant leur absence. En discutant des causes possibles, elle m’apprend qu’il y avait un chien avant dans cette maison. Ah! Voilà! Elle m’explique aussi qu’il a commencé à faire ça pratiquement 1 mois après leur arrivée.

Je sais que son chien est dominant et je sais pourquoi il fait ça. Il marque le nouveau territoire comme étant le sien. Il est certain que le chien qui y habitait auparavant, faisait ses besoins aux mêmes endroits où il marque. C’est un problème courant. Pourquoi il a commencé plus tard? Il devait se familiariser avec le nouveau territoire. Comme j’ai enseigné à Karina à le dominer, il ne fera jamais ça devant elle. Il attend que tout le monde dort ou soit parti pour explorer et marquer tous les endroits afin de protéger son territoire et sa meute. La façon de régler le problème est de régresser dans son éducation. En lui laissant toute la maison qu’il ne connaissait pas, il aura eu plusieurs nouveaux territoires à explorer.

Lorsque l’on déménage, on doit toujours présenter le nouveau territoire à son chien accompagné EN TOUT TEMPS. Ne laissez pas votre chien explorer de lui-même. Ce territoire est À VOUS! Il doit l’explorer en votre présence et ne pas s’y promener seul. Si vous respectez cette règle pendant 21 jours, vous pourrez essayer de lui faire confiance pour une courte sortie au début et de plus en plus longue au courant du mois suivant. Si ça ne fonctionne pas durant les essais, répétez les 21 jours de départ.

Bon déménagement!


 

S'il vous plaît suivez et aimez nous:

ATTENTION AUX USINES À CHIOTS !

Par: Johanne Berard


Présentation

Le terme « usine à chiots » est utilisé pour décrire un endroit où l’on élève plusieurs chiens afin de vendre le produit de cet élevage, les chiots.  En fait, toute personne faisant l’élevage de chiens dans le but de vendre des chiots, pourrait être placée dans cette catégorie.  Il n’y pas de différence entre Mme X qui a 10 chiens, en cage, dans  son sous-sol donnant des soins de base et sans socialisation ou Mr Y qui possède 150 chiens dans un entrepôt caché dans les bois, donnant des soins de base et sans socialisation. Le but reste le même, vendre le produit de cet élevage. Je reçois très souvent des appels de gens qui ont été en contact ou même ont acheté un chiot de ce genre de commerce. J’ai, donc, écris cet article afin de vous aider à reconnaître ce genre d’endroit où vous ne voudrez, très certainement pas, acheter votre futur compagnon à quatre pattes.

Pourquoi existent-elles encore ?

Les usines à chiots existent parce-qu’il y a une demande, tout simplement. Le nombre de foyers possédant un chien se compte par millions, sur la planète. La grande majorité de ses gens ne partage pas l’intérêt de l’éleveur d’exposition, Elle n’en sait rien. Elle veut juste un chien de compagnie. C’est là où ça se complique car le petit chiot adopté la veille peut soit être malade ou encore avoir des troubles de comportement qui dépassent les connaissances de cette majorité. N’ayant payé que quelques dollars pour celui-ci, cette même majorité va s’en départir quelques semaines plus tard. Le fait est que l’adoption d’un chiot est vécue comme l’achat d’une paire de pantalon. La responsabilité derrière cette adoption n’a aucune notion de logique dans la tête de l’acheteur. La mentalité de l’acheteur moyen est reliée à son portefeuille et la race. L’endroit, la qualité, les connaissances de l’éleveur n’ont aucune importance à ses yeux. Il y a tellement de différentes pensées en cette matière qu’il est très difficile de se faire une bonne idée lorsqu’on contacte plus de 3 personnes.

Dans une usine à chiots, personne ne vous posera de questions sur votre mode de vie, vos moyens pour parer aux imprévus ou vous demander si vous avez des enfants. Il n’a que pour but de vous vendre un chiot. C’est exactement ce que vous recherchez. Vous aviez pourtant contacté un éleveur reconnu mais vous ne vous êtes pas qualifié pour adopter chez cet éleveur en plus il vendait le chiot bien trop cher!!! Et la roue continue de tourner…

Mais où trouvent-ils leurs reproducteurs ?

À la base il est assez facile de se procurer des chiens pour la reproduction. À peu près n’importe quelle personne prête à investir trouvera un endroit où acheter. Les petites annonces classées sur internet regorgent de gens qui vendent des chiots et chiens pas cher qui, dans la plupart des cas, se retrouveront dans une usine à chiot tôt ou tard. Les propriétaires d’usines à chiots recherchent les bonnes occasions. Ils payent le minimum. Ils achètent, également, des portées complètes à moindre prix. Ces chiens et chiots iront s’entasser dans des petites cages et y finir leur existence misérable. Et la roue tourne…

Comment fonctionnent-ils ?

-Ils s’installent très souvent loin du voisinage dans de grands hangars ou garages et y entassent le plus de chiens possible au pied carré. Les chiens sont toujours rasé et n’importe qui peut acheter 1 ou plusieurs chiots sans problème.

-Ils sont dans un milieu « familial », toujours entassé dans un sous-sol, un garage et caché pour ne pas que les voisins s’en rendent compte.

Ils achètent de la nourriture basse gamme, n’ont pas de vétérinaire attitré, ne possèdent pas de programme d’élevage et reproduisent n’importe quelle race de  chien susceptible de se vendre, se débarrasse de ceux qui ne se vendent plus à très bas prix pour faire de la place pour les nouveaux arrivant. Et la roue tourne…

Comment procèdent-ils pour vendre leurs chiots ?

Les usines à chiots doivent faire très vite pour vendre une portée car tout est une question d’argent. Plus longtemps le chiot reste sur place, plus cher il coûte et plus il a de risque de tomber malade. Comme ils investissent très peu dans des frais vétérinaire, un chiot malade peut devenir un  indésirable et finir euthanasié de manière peu recommandable. Les animaleries sont les clients recherchés par les usines à chiots car, la plupart du temps, ils achètent des portées complètes. Mais il y a aussi les revendeurs qui sont devenus la façon la plus utilisée pour vendre leurs chiots car ceux-ci utilisent internet et ça fonctionne très bien. Ils utilisent toutes sortes de mensonges pour vous faire croire que le chiot provient d’un milieu familial. La plupart du temps le revendeur vous offrira de venir le rencontrer dans un stationnement, quelque part en évitant de vous inviter chez lui.

Conclusion

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les refuges sont pleins de chiens qui finiront à l’euthanasie. Ils proviennent tous, pour la plupart, d’usines à chiots… Eh, oui! Malgré que le refuge soit un mal nécessaire, il est le reflet de ce que l’on trouve dans les usines à chiots. Des chiens mal partis dans la vie, souvent ayant eu des soins minimum et devenu des chiens abusés. Encore là, le petit prix ne conscientisera pas l’acheteur qui, de toute façon s’en débarrassera dans les 5 ans pour « troubles de comportement ». En plus il croit avoir fait une bonne action… Et la roue tourne…

Heureusement les lois sont devenues plus sévères et commencent à être appliquées. Depuis 2012 Anima Québec possède plus de pouvoir pour contrer ces usines. Avec un programme bien établi, il sera possible, sous peu, de classer ce genre d’endroits dans l’histoire « noire » du Québec, et n’en ressortir les souvenirs que pour mieux s’enorgueillir d’y avoir mis fin.

Si vous voyez des sites d’annonces classées où l’on peut trouver des chiots « pas cher »…Fermez vite cette page et placez ce site sur votre liste noire. Ils sont aussi responsables que leurs annonceurs.

Je ne suis pas ici pour vous dicter votre conduite mais pour vous ouvrir les yeux sur la réalité que vivent des millions de chiens à travers le monde. Un bon éleveur sera toujours présent et responsable de ses chiens et chiots.

Bonne conscientisation!


 

S'il vous plaît suivez et aimez nous:

HYPOALLERGÉNIQUE ?

HYPOALLERGÉNIQUE ?

par: Johanne Berard


Presque à chaque semaine une personne appelle chez moi pour se procurer un caniche ou un maltais parce que quelqu’un lui a dit que ces deux races étaient hypoallergéniques. Après chacun de ces appels, c’est à une personne septique et déçue à qui je conseille de consulter un médecin afin de passer des tests d’allergies, si ce n’est déjà fait.
J’ai déjà écrit sur les allergies et je ne veux pas revenir sur le sujet mais plutôt expliquer aux gens qui se procurent un animal de compagnie, peu importe lequel, il y aura TOUJOURS un risque de réaction. Un éleveur consciencieux et professionnel n’annoncera jamais des chiots « hypoallergénique » car ÇA N’EXISTE PAS!!! Tous les animaux possèdent des allergènes et la seule façon de savoir si vous y êtes sensible est D’ESSAYER. Or il n’est pas évident d’adopter un chiot, s’y attacher, pour devoir s’en séparer après quelques jours ou semaines parce qu’un membre de la famille est malade. Ce n’est pas un tapis qu’on peut se procurer synthétiquement. Le chien est un être vivant unique. Oubliez, également, les visites chez l’éleveur qui a peut-être reçu quelqu’un avant vous qui possède des chiens plus allergènes que les siens. Où est-il allé dans une clinique vétérinaire récemment.
Il est vrai que certaines races perdent moins de poils, ont moins d’allergènes que d’autres, leur genre, couleur, etc, sont aussi des facteurs déterminants mais après avoir éliminé tous ces risques que reste-t-il du chien idéal pour vous?
Allez vers une race qui est reconnue pour avoir une perte de poils moins abondante, de couleur pâle et femelle, ne vous garantira pas que vous ne serez pas allergique. Moi-même qui le suis, il m’arrive, par période d’être plus sensible que d’autres à mes caniches et mes maltais. Lorsque, par exemple, on ferme les portes et fenêtres pour l’hiver, je deviens plus sensible. Une femelle en chaleur ou enceinte me fait faire plus de réactions, mes mâles, mes chiens foncés, etc. Tout dépend de mon état de santé au moment du contact avec les allergènes. Mais, au-delà des chiens, il y a mon corps qui, à force d’être en contact avec les allergènes, s’habitue et cesse de réagir. C’est la meilleure façon, à mon avis, d’avoir un chien sans souffrir le martyre.
Donc, un chien aussi petit que possible, de couleur très pâle, voir blanc, femelle, stérilisé avant l’âge d’un an, reconnu pour avoir moins de pertes de poils avec un produit pour contrer les allergènes comme ALLER-PET devrait être un bon départ pour, au minimum, moins ressentir les effets nocifs des allergies aux chiens. Le hic avec ce chien c’est qu’il n’est pas fait pour tout le monde. Aussi petit que possible ne sera pas approprié pour de jeunes enfants, la couleur pâle demande plus d’entretiens, une femelle n’est pas un bon choix dans un cadre d’animal de compagnie familial avec plusieurs enfants car elle est plus attachée à ses effets personnels et une personne en particulier.
Avant de vous lancer chez le premier venu qui vous dira que ces chiens sont hypoallergéniques, prenez le temps de vérifier le sérieux de cette personne. Plus de 75% des annonces que vous trouverez sur le net proviennent de gens qui n’ont aucune formation ou expérience dans ce domaine autre que « vendre ». Ils ont, souvent, passé plus de temps à se trouver des réponses « toutes fabriquées » à vos questions, qu’à s’instruire sur les animaux qu’ils offrent. C’est relativement facile de voir naître des chiots mais pas aussi facile de supporter la personne qui l’adopte à long terme. Ça prend des connaissances, de l’expérience et si vous tombez sur un éleveur débutant, celui-ci aura toujours un mentor pour se guider en cas de besoin. Voyez-y!


S'il vous plaît suivez et aimez nous: